Return to site

Les différents types de tests d’utilisabilité

· UX,testing,prototype,MVP,startup

"Testing with one user early in the project is better than testing with 50 near the end." – Steve Krug

Un test d'utilisabilité consiste à faire évaluer la facilité d'utilisation d'un produit ou service par un groupe d'utilisateurs représentatifs. Cela implique généralement d'observer le comportement des utilisateurs lorsqu'ils essaient d'accomplir des tâches spécifiques. Le test d’utilisabilité est souvent effectué à plusieurs reprises dans le cycle de vie du projet, du début de la conception et ce, même après la commercialisation du produit. Ainsi, les tests d'utilisabilité sont aussi bien effectués sur des prototypes (basse ou haute fidélité) que sur le produit fini.

usability testing

Le principal avantage des tests d'utilisabilité est d'identifier le plus tôt possible les problèmes d'utilisabilité, afin qu'ils puissent être corrigés le plus rapidement possible, réduisant ainsi les coûts tant au niveau de la mise en œuvre que du retour en service après vente (SAV). La logique appliquée : plus tôt sera identifié un problème, et plus important sera le retour sur investissement (ROI).

Il existe d’autres avantages à réaliser des tests d’utilisabilité, ci-dessous voici une liste non-exhaustive :

  • Vérifier si les utilisateurs sont capables de mener à bien des tâches spécifiques dans l’interface.
  • Identifier les points bloquants et problèmes dans l’interface.
  • Recueillir des données comportementales des utilisateurs lors de l’utilisation de l’interface.
  • Associer des verbalisations aux données recueillies
  • Réaliser des mesures de performance (temps de réalisation d’une tâche, nombre d’erreurs, nombre de clics, etc.)
  • Identifier et prioriser les axes d’amélioration pour accroître les performances et la satisfaction des utilisateurs.

Toutefois, afin de bénéficier de l’ensemble de ces avantages, il n’existe pas une seule et unique méthode de test qui donnera tout. Bien au contraire ! Il existe différents types de tests d’utilisabilité avec, pour chacun, leurs avantages et inconvénients. Ci-dessous, en Figure 1, un schéma qui expose notre vision des différents types de tests d’utilisabilité.

Figure 1 : Classement sommaire des différents types de tests d'utilisabilité

Figure 1 : Classement sommaire des différents types de tests d'utilisabilité

Tests d’utilisabilité en présentiel

Cette méthode de tests d’utilisabilité implique généralement un petit nombre (de 1 à 20) de participants représentatifs des utilisateurs finaux. Chaque participant réalise individuellement une série de tâches, tandis que l’expérimentateur accompagne et observe le participant pendant toute la durée de la session de test. Ainsi, la principale particularité de ce type de test est que l’expérimentateur est, physiquement, côte à côte du participant durant toute la session de test.

L’approche des tests d’utilisabilité en présentiel est idéale pour recueillir des données qualitatives, notamment les verbalisations des participants pendant qu’ils réalisent leurs tâches.

1. Tests d’utilisabilité in situ

Les tests d’utilisabilité in situ nécessitent que l’expérimentateur aille dans l’environnement réel d’utilisation du service (au bureau du participant, à la maison, etc.). Cela permet de se rapprocher au plus près du contexte d’utilisation réel. Toutefois, comme c’est le cas dans le monde réel, on n’est pas à l’abri d’interruptions : un collègue qui intervient, un appel téléphonique, etc.

  • Avantages : contexte réel d’utilisation, réalisation de la tâche proche de la réalité
  • Inconvénients : coût budgétaire et temporelle, déplacement de l’expérimentateur, interruptions possibles, variabilité du contexte et de l’environnement de test en fonction des participants

2. Tests d’utilisabilité en laboratoire

Les tests d’utilisabilité en laboratoire nécessitent une salle de test, et parfois une salle d’observation, toute deux séparées par un miroir sans tain. De cette manière, l’environnement de test est contrôlé et identique pour tous les participants. Ainsi, chaque participant, l’un après l’autre, vient réaliser le test selon le protocole établi.

  • Avantages : environnement de test contrôlé, peu voire pas d’interruption, rigueur et fiabilité du protocole de test
  • Inconvénients : coût budgétaire et temporelle, contexte « artificiel » (laboratoire VS. monde réel)

3. Guerrilla testing

Le « Guerrilla Testing » consiste à réaliser des tests « courts » (10 à 20 minutes) avec des participants que l’expérimentateur est parti chercher dans des cafés, des stations de métro, gares, aéroports ou tous autres endroits pertinents où les utilisateurs cibles sont susceptibles de se trouver. A l’instar du test d’utilisabilité in situ, on n’est pas à l’abri d’interruptions.

  • Avantages : coût budgétaire et temporelle faible, rapidité de réalisation et d’obtention des résultats
  • Inconvénients : interruptions possibles, variabilité des conditions et de l’environnement de test

Tests d’utilisabilité à distance

Cette méthode de tests reprend certains principes de base des tests d’utilisabilité en présentiel, mais autorisent une séparation entre le participant et l’expérimentateur. Cette séparation est avant tout physique : l’expérimentateur et le participant ne sont pas physiquement proche l’un de l’autre, mais peuvent être dans deux salles différentes voire dans des pays différents. Il est alors possible de réaliser des tests avec des participants partout dans le monde, tant qu’il a une connexion à internet.

Une seconde séparation dite « temporelle » est aussi envisageable : dans un premier temps, le participant réalise seul la tâche, puis dans un second temps, l’expérimentateur récupère les données issues du test pour les traiter de son côté. Ainsi, aucune intervention de l’expérimentateur n’est possible pendant la réalisation du test.

L’approche des tests d’utilisabilité à distance est idéale pour recueillir des données quantitatives qui permettront de réaliser des statistiques. Toutefois, des outils très spécifiques sont indispensables pour l’enregistrement des données, et parfois leur traitement aussi.

1. Tests d’utilisabilité à distance synchrone

Les tests d’utilisabilité à distance synchrone autorisent uniquement une séparation physique entre le participant et l’expérimentateur mais pas de séparation temporelle. Ainsi, malgré la distance, l’expérimentateur reste en communication avec le participant durant toute la session du test, par téléphone ou système de vidéoconférence (skype, facetime, etc.)

  • Avantages : coût budgétaire, accès à des participants éloignés
  • Inconvénients : connexion internet obligatoire, variabilité des conditions et de l’environnement de test

2. Tests d’utilisabilité à distance asynchrone

Les tests d’utilisabilité à distance asynchrone autorisent une séparation physique et temporelle entre le participant et l’expérimentateur mais pas de séparation temporelle. En d’autres termes, le participant réalise le test quand il veut et où il veut. Il est donc indispensable de préparer une « campagne de test » et d’utiliser des outils spécifiques pour réaliser les tests et enregistrer les données.

  • Avantages : accès à des participants éloignés, automatisation des tests, possibilités d’un grand nombre de participants (au-delà de 30) sur un temps courts (moins d’une semaine)  
  • Inconvénients : utilisation d’outils spécifiques, pas d’intervention de l’expérimentateur lors du test, connexion à internet obligatoire, variabilité des conditions et de l’environnement de test

3. A/B testing

L’A/B testing vise à évaluer l’impact du changement d’une variable très précise dans l’interface (couleur d’un bouton, position d’un widget, libellé, etc.). Comme son nom l’indique, les performances d’une version A sont comparées à celles d’une version B. Généralement, ce type de test est réalisé directement sur le produit fini et déjà en ligne.

  • Avantages : coût budgétaire et temporelle faible, les participants sont les utilisateurs
  • Inconvénients : utilisation d’outils spécifiques, pas d’intervention de l’expérimentateur lors du test, pas de données qualitatives

Quel type de test choisir ?

Chaque type de tests à ses avantages et ses inconvénients. Il est donc important de choisir un type de test en prenant en compte cela en compte. Pour pouvoir se décider sur le type de test, il est important de considérer :

  • la problématique liée à votre interface, et les hypothèses qu’il faut vérifier, valider ou invalider
  • les données à recueillir et qui permettront de vérifier les hypothèses et de prendre une décision de conception/correction.

Test My App organise des "Guerilla testing" (comme défini dans l'article).

1 fois tous les 2 mois, nous organisons une soirée de rencontre entre Startupers et Testeurs.

Pour plus d'informations sur les prochains événements, visitez notre page Facebook

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly